Dans le cadre de l’activité professionnelle au cabinet, à domicile ou en établissement de santé, la survenue de malaise, avec ou sans perte de connaissance, n’est pas exceptionnelle.

Si la plupart de ces situations sont bénignes et disparaissent en quelques minutes (hypotension orthostatique, malaise vagal, syncope d’origine non cardiaque …), il est primordial de savoir reconnaitre les signes d’un accident majeur comme un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral.

Un AVC constitue une urgence médicale et il convient de réagir immédiatement en appelant le centre 15 (ou le 112 depuis un téléphone fixe ou portable) permettant ainsi d’améliorer considérablement les chances de survie et de rétablissement. Un traitement efficace doit être mis en route le plus rapidement possible.

L’AVC se manifeste par les symptômes suivants :

• une perte de force ou un engourdissement du membre supérieur (impossibilité de lever le bras) ;

• un trouble de la parole : difficulté à parler ou à répéter une phrase ;

• une difficulté à comprendre son interlocuteur ; une désorientation,

• un engourdissement ou une faiblesse de la jambe ;

• une perte soudaine de l’équilibre : instabilité en marchant, comme en cas d’ivresse ;

• un mal de tête intense, brutal et inhabituel ;

L’appel au centre 15 (SAMU) ou au 112 depuis un téléphone fixe ou d’un téléphone portable (même bloqué ou sans crédit) est le réflexe que doit avoir toute personne témoin d’un AVC.

La campagne d’information actuelle dans les médias et toutes les salles d’attente médicales devraient permettre de diminuer le nombre de personnes lourdement handicapées suite à un AVC pris en charge trop tardivement.

Les masseurs kinésithérapeutes comme l’ensemble des paramédicaux sont des relais essentiels dans la connaissance et la diffusion de cette information.

Pour en savoir plus : Livret AVC