Lors de sa séance en date des 17 et 18 décembre 2014, le conseil national de l’ordre a procédé à l’abrogation de la liste des spécificités qui avait été validée par ledit conseil lors de ses séances des 17 et 18 mars 2011.

Cette liste interférait avec l’avis rendu par le conseil national de l’ordre le 22 juin 2012 relatif aux « titres diplômes et spécificités ».

Désormais, les spécificités ne sont plus restreintes à une liste mais ouvertes à toutes les techniques du décret d’actes. Par conséquent l’utilisation des termes « sexologie » et « méthode Mézières », inexistantes dans le décret d’actes, ne peuvent faire l’objet d’une autorisation et sont donc interdites.

 

Ci dessous un rappel sur les spécificités

Il existe deux spécificités : les spécificités liées à la structure et les spécificités d’exercice.

Ces spécificités peuvent être apposées sur une plaque supplémentaire de tout masseur-kinésithérapeute qui le souhaite.

Les spécificités liées à la structure doivent être conformes au code de déontologie.

Il s’agit par exemple de la balnéothérapie, de l’isocinétisme, du fauteuil rotatoire, de la cryothérapie, des ondes de choc radiales, de la pressothérapie… Cette liste n’est pas limitative, mais il n’est pas possible de faire figurer de marque commerciale.

Les spécificités d’exercice doivent strictement correspondre au décret d’actes et d’exercice.

Il s’agit par exemple de la rééducation respiratoire, de la rééducation des troubles trophiques, vasculaires et lymphatiques, de la rééducation périnéo-sphinctérienne ou périnéologie… Cette liste est non limitative mais il n’est pas possible de faire figurer de noms de créateurs de méthodes.

L’autorisation d’apposer une spécificité, liée à la structure et/ou à l’exercice, sur une plaque supplémentaire est à demander uniquement à votre conseil départemental d’inscription.